Fimbel. Le carnet noir (4). Appauvrissement ?

« Le 27 mars 1700 à Blodelsheim après décès de Anna Maria VONESCHErin il a été procédé à un inventaire des biens qui dit que Hans Georg FIMBEL est bourgeois de Blodelsheim, que sont patrimoine est répertorié et comprend une demeure, grange, écurie, des biens mobiliers, du matériel roulant et agricole etc. »(1) L’aieul avait donc du bien.

Par contraste voici ce que note son petit fils Franz Xavery à propos de son père, Ignace Francois petit-fils de Hans Georg

« Description du mobilier et autre que moi, Xavery Fimbel, ai réservé à mon père le 10 janvier 1845, à vie ou jusqu’à sa mort.
Premièrement un lit complet avec matelas, paillasse et bois de lit.
2- 8 costumes, 8 [Zichen??], et 13 draps de lit
3- 4 nouvelles serviettes
4- une poire à lavements [??]
5- une table en bois de cerisier
6- 3 chaises en bois de cerisier et 3 vieilles chaises
7- une boîte en bois de noyer
8- une petite table de nuit
9- un récipient de cuisine avec compartiment pour vaisselle
10- un moulin avec couvercle
11- un setier
12- une chaise de toilette
13- un grand baquet et deux petits, un chaudron et un drap pour cendres
14- 10 barils, un de 43 ohm [150 litres, ndlt], un de 31, un de 22? Un de 9, un de 7, un de 5, un de 3? Un de 2 et un de 1 ohm et un entonnoir
16- 16 cuves
17- 2 bacs à herbes, un de 8 ohm et un de 5 ohm
18- une brouette
19- deux vieux bois de lit, un bon lit, deux vieux. Une bonne paillasse et deux vieilles, et un matelas.
20- un robinet à vin »

A la génération suivante, à la mort de Franz Xavery, son fils Ignace qui lui a succédé à la forge note :
« Du mobilier que mon père a eu toute sa vie: premièrement 8 costumes, 8 [Zichen??], et 13 draps de lit.
2- 4 nouvelles serviettes
3- 2 chaises et le fauteuil, une petite table de nuit, une boîte et une table en bois de sapin.
4- une couverture de laine
5- une bible »
Petit fils et arrière petit fils de Hans Georg étaient donc appauvris. Sans doute l’effet de la natalité de la natalité débordante et de la structure familiale.
D’après A. Wahl (2) , les catholiques (alsaciens) sont groupés en une société hiérarchisée de gros propriétaires-exploitants, avec familles surchargées d’enfants avec de nombreux adultes au foyer ( qui ne se mariaient pas). » Hans Georg ayant eu 18 enfants on se doute de la difficulté à survivre de ceux qui n’héritaient pas de la terre. Dans cette optique, le maréchal ferrand, indispensable à la vie du village ne s’en tirait pas si mal.

 

Sources:

(1) Emile DECKER – Blodelsheim 2003 sur page web du CDHF consacré à Blodelsheim.

(2) Wahl Alfred. Patrimoine, confession et pouvoir dans les campagnes d’Alsace, 1850-1940. In: Études rurales, N°63-64, 1976. Pouvoir et patrimoine au village – 1. pp. 235-245.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s