Hélène Costes (1881-1941)

Marie Rose «Hélène » Costes est née en 1841. Son père, Augustin Martin Costes (1814-1898) est économe du lycée. Sa mère se nomme Jeanne Célestine Lescale (1828-1909) fille de Jean-Baptiste Lescale (1777- 1841) et de Marie Rigal (1792-1869). Jean-Baptiste est receveur de l’Enseignement puis contrôleur à Penne, un petit village médiéval du Tarn. Tout ce petit monde naît et meurt à Cahors.

Sourde à la fin de sa vie, Hélène vivait à Marseille au deuxième étage de l’immeuble de la rue Saint Jacques où son fils exerçait la médecine. Après la mort de celui-ci elle emménagea à Lafarre-les-Oliviers dans une maison de retraite où elle mourut en 1936 y laissant ses meubles et le portrait de son mari Louis Ignace Fimbel (1848-1912) peut-être celui que que l’on aperçoit ici sur le mur.

Hélène Coste

Hélène Coste à la fin de sa vie Credit photo : I Haynes

Ma mère se souvient qu’elle avait gardé une grande amie de Cahors qui venait la voir à Marseille et, plus tristement, qu’elle ne pouvait s’arrêter de pleurer lors de l’enterrement de son fils, Maurice, mort avant elle en 1938.

Sa vie de mère fût difficile : des cinq enfants qu’elle eût avec son mari, trois moururent en bas-âge et un autre, donc, quatre ans avant elle.

Je sais peu de choses sur la famille Coste (ou Costes l’orthographe varie). D’après les renseignements trouvés sur Geneanet, le père d’Augustin Martin, Jean-Francois (1782-1848), est dit marchand (de quoi?) propriétaire à Lagrave près d’Albi, tout comme son père Jean Antoine (1753-1841) et son grand-père Jean-Pierre (1715-?). Ce dernier étant lui, marchand à Labastide-de-Levis anciennement la Labastide de Montfort, petit bourg situé à quelques kilomètres de Lagrave.
Jean Antoine Costes meurt à Lagrave mais était né à Labastide-de-Levis.

 

Il faut remonter au père de Jean-Pierre, Bernard (1670-1743), pour trouver une racine paysanne puisque Bernard est dit «laboureur du masage du Vignié, paysan », métiers que l’on retrouve pour :

  • son père Bernard dit « le vieux » (1626-1686) ,
  • son grand-père Bernard (1580-1631),
  • son arrière-grand-père Jean (vers 1550-1622)

qui étaient, eux, laboureurs au masage des Costes sive de Gauzide, d’où, je suppose, leur nom de famille.

Carte de Labastide-de-Lévis et de ses environs

Carte de Labastide-de-Lévis et de ses environs. Données de carte: Google, 2016

Une petite recherche Google m’apprend que le site de Gauzide un peu à l’écart du village existe toujours et vient d’être loti.

On remarque un peu plus au Nord  le lieu-dit Le Vignal, était-ce autrefois Le Vigné ?

Les Costes sont une famille paysanne mais, grâce à l’aide trouvée sur Généanet, c’est celle que l’on  trace le plus loin: 1550 presque les débuts de l’Etat civil. C’est assez impressionnant.

Les Costes se marient avec des jeunes filles du coin et les voilà donc alliés aux Maillol, Poujade, Galaup, Delmur, Reynaud (ou RAYNAUD), Chaynes (elle vient de Lagrave) et Calmes.

Cette famille traverse les grands événements de son temps, les guerres de religion ou l’épidémie de peste de 1630 -1631 qui ravage Languedoc et Provence.

Atteint de ce mal, Bernard (1580-1631) fait son testament le 25 août 1631 et décède. Sa veuve, Jeanne Poujade, enceinte, craignant d’être elle-même atteinte de la maladie, teste à son tour le 27 août. Mais elle survivra et François, leur dernier enfant, naîtra le 29 février 1632, six mois après le décès de son père.

Un Léon Costes exerce comme médecin à Lagrave vers 1905. Maurice Fimbel le connaissait-il ? En tout cas ma mère se souvient d’avoir entendu prononcer le nom de Lagrave et suppose qu’Hélène s’y était retiré avant d’habiter chez son fils.

Une Mona écrit de Lagrave en 1920 et transmet les pensées de « Maman, Maria et tante Suzanne ». Je retrouve une Suzanne Lescale née en 1888, fille de Paul Lescale enseignant en droit au lycée de Cahors. Compte tenu de la proximité des lieux et des professions (Augustin Martin travaille aussi au lycée) il doit s’agir de cousins mais je n’arrive pas à établir d’autres liens.

Les Costes sont de fervents catholiques. Notons que le premier monastère féminin bénédictin de Gaule est fondé à Lagrave en 614. Si un prêtre concordataire, Joseph Hippolythe Costes (1787-1829) fils de Jean Antoine Costes et Marie Chaynes (1757-1815), mes aïeuls directs, prête serment en 1792, deux prêtres réfractaires du nom de Costes existent dans les archives du Tarn mais il ne m’est pas possible de les lier directement avec la famille.

Infos sur Labastide de Lévis. http://labastide2levis.free.fr

Sur l’église. voir lien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s