Les tests ADN en généalogie

La semaine dernière, dans le cadre du congrès #Rootstech j’ai eu l’occasion d’assister à de nombreuses conférences sur l’utilisation des tests ADN en généalogie. Pour mémoire ces tests sont interdits en France mais très répandus dans le monde anglo-saxon. Ils prétendent fournir des informations sur la filiation, l’origine géographique et même nos ennuis de santé à venir ! N’étant absolument pas biologiste, je me suis intéressée à l’aspect pratique pour un généalogiste. Voici ce que j’ai compris :

Les tests sont plutôt fiables pour établir une filiation en ligne directe

En généalogie, trois éléments de l’ADN sont à distinguer :

  • Le chromosome Y, marqueur du sexe masculin. Il se transmet de façon quasi inchangée au fil des générations. Très utile pour reconstituer une descendance masculine.
  • Le chromosome mitochondrial est l’équivalent féminin permettant de reconstituer les lignées maternelles.
  • Tout le reste, c’est à dire l’essentiel de l’information génétique, est ce que l’on appelle l’ADN autosomal. On en reçoit environ la moitié de notre père et environ la moitié de notre mère, quelque soit notre sexe. Il permet donc de reconstituer des groupes familiaux et des groupes de population. A contrario, on en perd la moitié à chaque génération où il est recombiné avec celui de l’autre parent. Conséquence : à 5 ou 6 générations, les résultats ne sont pas signifiants; parfois même avant. Un orateur avait ainsi un cousin au 3ème degré avec lequel il ne partageait aucun gène. La bonne vieille généalogie classique reste donc bien utile pour retracer l’arbre d’une famille !

==> A 20 générations tous les européens ont un ancêtre commun.

Les tests sont très aléatoires en ce qui concerne l’origine géographique

En effet les principales entreprises fournissant des tests basent leurs résultats sur l’étude de leur propre banque de donnée et sur les résultats de recherches scientifiques établies par les universitaires. Votre ADN est comparé à ces ensembles, par essence incomplets. Les résultats varient donc d’un fournisseur à l’autre (selon la base utilisée), d’un algorithme à l’autre (pour la comparaison), des divisions géographiques et cartographiques utilisées par chaque entreprise etc.. Comme les bases s’enrichissent constamment, les résultats chez un même fournisseur varient également dans le temps. Ils ne sont plus ou moins fiables que pour les populations blanches d’origine européenne, les données possédées pour l’Asie et l’Afrique étant encore trop faibles pour donner des résultats intéressants. Faites aussi attention au marketing car, en regardant bien, les résultats réels sont toujours établis en fourchette de pourcentage et non en valeur absolue. Ainsi si l’on vous dit que vous avez entre 0 et 10 % d’origine hispanique, cela peut être 0 et non le 10 % affiché à première vue.

Les tests sont souvent inutiles voir faux en ce qui concerne la santé

Pour résumer, même si vous avez génétiquement des chances d’avoir un cancer, celui ne se développera qu’en fonction d’autres facteurs notamment en fonction de votre environnement et de votre mode de vie. Se faire retirer un organe parce que l’on a un marqueur pour prévenir un risque de cancer est donc une solution extrême (iste) et inadaptée.

Les tests posent de nombreuses questions éthiques

Les entreprises qui vendent des tests ADN donnent à leurs clients la possibilité de choisir si ils veulent ou non que leurs coordonnées soient visibles par les autres utilisateurs. Mais elles? Que font elles de votre ADN? Elles promettent toutes de ne pas transmettre vos résultats à des compagnies d’assurance santé et s’engagent à les utiliser de façon éthique. Mais qu’est ce que cela veut dire ? Les règles de l’entreprise, sa définition de l’éthique, peuvent changer et un consommateur européen aura du mal à l’assigner en justice car les tribunaux référents se trouvent tous aux USA.

Il devient aussi possible d’établir des listes de populations, procédé de sinistre mémoire. Sans parler des risques de hacking. Une intervenante a aussi attiré l’attention sur la responsabilité qu’une personne qui fait le test, prend vis à vis de ses enfants. Sont-ils d’accord pour devenir ainsi facilement identifiables? Par ailleurs, êtes-vous prêts à ce que les résultats ne soient pas ceux auxquels vous vous attendiez ? Si c’est le cas, comment communiquerez vous la nouvelle à votre famille ? Faut-il le faire ? Bref, l’interdiction de ces tests en France fait sens.

En conclusion…

En conclusion, il n’est pas étonnant que les tests ADN soient tous proposés par des entreprises américaines car nombreux sont ceux qui, là-bas, cherchent leurs racines européennes et l’on a vu que ces tests sont utiles pour établir une filiation. Je peux aussi comprendre pourquoi les enfants adoptés ou issus de PMA ont envie d’y avoir recours. Pour le reste dès lors qu’il n’y a pas eu d’émigration au delà des océans qui aurait coupé le lien familial, rien ne remplacera une étude généalogique classique.

@isahaynes 2019

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s