Les fils de René 1 Aubry

René 1 Aubry  anobli en 1676 -soit deux ans avant sa mort- avait eu quatre fils de son union avec Louise Marguerite Berryer.

Philippe (1627-1709) dont descend la branche actuelle, François-Louis  (1632-1696), René 2 (1637-1713) dont il a déjà été question et Jean-Baptiste Louis (1645-1734 ?).

Que sait-on de ces frères  ?

La plupart suivent la tradition familiale et travaillent dans l’administration fiscale .

Francois Louis Aubry de Trungy (1).jpg

Source : Armorial d’Hozier (7)

1) François-Louis né en 1632, devient receveur des tailles à Bayeux, à 35 ans, en 1667. La charge coûte 19 500 livres somme considérable avancée par son frère René, le « success boy » de la famille.  Le voilà installé. Il peut prendre femme et épouse en 1668 Eglise Saint Paul à Paris, Marie Farcy (1), fille de bourgeois parisiens. La dote est de 60 000 livres ce qui permet de financer l’achat de la terre de Trungy. François Louis devient donc seigneur de Trungy puis du Troncet (pas de seigneurerie de Trungy avant cette date donc pour ceux qui ont des papiers de famille)
De ce mariage sont issus, à ma connaissance, trois enfants:

  • Guillaume baptisé le 6 mai 1684 à Saint Malo de Bayeux. Sans descendance connue.
  • Jean-Baptiste, seigneur de Trungy, qui reprendra la charge de receveur des tailles  en 1704 au lieu de Jacques Farcy, frère de sa mère (en place jusqu’en 1722 au minimum).  Il épouse le 9 juillet 1719 à Bayeux, église Saint-Sauveur, Françoise Lemaigre, fille du lieutenant criminel en Bayeux, sieur de Laon.  Ils auront deux enfants:
    a) Charles-Louis né le 24 mars 1716 -décédé le 22 aout 1764 à Caen. Ecuyer, sieur de Trungy et du Troncet.  Sans descendance connue.
    b) Marie-Françoise Julienne baptisée le 8 septembre 1719 à Bayeux, épouse de Jean Baptiste, Louis, Marc Tulle d’Antignatte, entreposeur de tabac qui reprendra lui aussi la charge de receveur des tailles de Bayeux de son beau-père en 1756. Criblé de dettes, il s’évade pendant la nuit en 1775 afin d’échapper à la prison et vendra la terre de Trungy en 1776 pour les rembourser.
  • Louis-François décédé en 1698, inhumé à Bayeux.

Francois-Louis meurt en 1696 à Caen peu après avoir acheté une charge anoblissante de secrétaire du Roi et fait enregistrer son titre à l’armorial général mais je n’en trouve pas le dessin.  Il est enterré dans la cathédrale (2).
Marie Farcy se remarie en 1719 avec Louis Hardy, bourgeois de Rouen, mariage qui nécessite une dispense de consanguinité. Elle décède trois ans plus tard, le 26 avril 1722, à Caen.

2) Jean-Baptiste Louis, né en 1645, est conseiller du Roi, receveur des tailles et gabelles d’Evreux et de Couches. En 1667, présent au conseil de famille, il signe l’acte d’émancipation de sa soeur Marie. Il épouse le 18 mai 1672 à Nogent-le-Rotrou Françoise Marie Gouin de la Raspillère en présence de son frère René 2. Je ne trouve pas d’autre trace.  En 1713, René 2 son frère laisse par testament  une somme d’argent pour subvenir à son frère Aubry « Le muet » retiré chez les pénitents de Nazareth à Louviers. Cette somme sera versée jusqu’en 1734, date hypothétique de la mort de Jean-Baptiste (3)

3) Quand à Philippe Aubry, l’aîné des enfants, né, d’après la chronique familiale, en 1627, il reste un mystère: on ne sait quasiment rien de lui ce qui est fort étonnant si l’on considère la relative renommée de son père et de ses frères et soeurs et le nombre de documents où ils apparaissent. Il est en tout cas le premier à posséder la terre de la Noë puisque son père meurt en ne possédant que La Barrière (5). Notons au passage que les documents anciens écrivent « de Lanoë » ou « Delanoë »
On trouve trace de son mariage par contrat du 28 août 1662, passé devant Isaïe le Bourgeois et Jacob Morice, tabellions royaux aux bourg et siège de la vicomté de Saint-Sylvain, un petit village près de Caen, par lequel il épouse Marie Thiment, fille de Pierre Thiment, bourgeois de Caen, et d’Anne Languille (4).
Il apparaît comme trésorier et procureur du duc de Mayenne en 1670 (6) . A cette époque, le duc de Mayenne est une duchesse : Hortense Mancini, nièce de Mazarin, mariée à Philippe de la Porte de la Meilleraye.  La même année naît son fils Jacques Aubry  sur lequel il n’existe aucune information si ce n’est qu’il épouse en 1708 Madeleine Binet (de Montifray)  (5) laquelle trépasse trois ans plus tard (1711) non sans lui avoir donné deux fils. L’un meurt en bas âge. L’autre est Joseph Etienne, né en 1710, à qui sera consacré un autre article. Jacques ne se remariera pas mais on sait qu’il eut un certain nombre d’autres enfants lesquels- considérés comme  » bâtards » – n’apparaissent pas dans les archives familiales.
La chronique de l’oncle corroborée par un internaute qui possède celle des descendants Cousin nous dit que Philippe meurt le 19 mars 1709 et est enterré dans l’église de Saint Sylvain. Celle-ci fût quasi totalement détruite pendant la guerre de 39-45. Nous y sommes allés il y a quelques années, rien ne semble subsister de Philippe Aubry.

saint_sylvain_eglise

Eglise Saint Sylvain (Calvados) Source: Roi Dagobert via Wikimedia commons

Plusieurs questions se posent:

a) Comment se fait-il qu’avec un emploi aussi prestigieux Philippe n’apparaisse pas dans l’armorial d’Hozier  alors que quasiment tout le reste de sa famille y est – y compris deux de ses soeurs?  C’est d’autant plus étonnant que, par un acte de 1696, Louis XIV décide de percevoir une taxe sur les blasons nobles ou bourgeois. « Le recouvrement fût affermé à Adrien Vanier, bourgeois de Paris qui s’engage à faire rapporter 7 millions. » L’une des cautions est René Aubry , le propre frère de Philippe (4). Les frères et soeurs de Philippe « brisent »  (c’est à dire modifient les couleurs et le dessin) les armes Aubry ce qui tendrait à confirmer que Philippe est bien le fils aîné qui seul, a le droit de conserver les armes.

b) Pourquoi Aubry est-il devenu « muet » ? S’agit-il vraiment de Jean-Baptiste?

c) Quels sont les liens de Philippe avec les protestants? La famille Thiment de Rouen d’où provient sa femme Marie est, au moins en partie, protestante ainsi que Jacob Morice le tabellion qui enregistre son contrat de mariage.  A cette époque la Normandie compte de nombreux protestants que les autorités commencent à persécuter même avant l’abrogation de l’Edit de Nantes en 1685. Un nobiliaire (8) mentionne que la principale alliance de la famille est  » de Brossard », or ce nom n’apparaît pas dans les archives en ma possession et il est celui d’une famille protestante normande connue (9).

NOTES

1. Ne pas confondre Marie Farcy et Marie de Farcy qui vit aussi  en Normandie à la même époque. Les deux ont un frère nommé Jacques mais les familles n’ont rien à voir bien que beaucoup de généalogistes les confondent.

2. Sépulture des églises paroissiales. Normandie. Vol 11.

3. Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie

4. Dictionnaire des familles anciennes ou notables à la fin du XIX

5. Acte de mariage ND rue Froide. Caen

6. Francois Dornic « Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert »Université de Caen.ed.

7.Armorial général de France (édit de novembre 1696) : généralité de Rouen. T. 1 / publ. d’après le manuscrit de la Bibliothèque nationale, avec introduction, notes et tables par G.-A. Prévost ; [dressé sous la dir. de C. d’Hozier]

8. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle (Volume 2)

9.  http://www.lemarois.com/jlm/data/j30bcanivet.html

Advertisements

Un commentaire sur « Les fils de René 1 Aubry »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s