René Aubry II 1637-1715

René Aubry

Source: Armorial de France d’Hozier

 

A tout seigneur tout honneur: René II Aubry est celui qui fit la carrière la plus fulgurante. Les chroniques de l’oncle Louis le considèrent comme puiné, certains historiens comme l’ainé.

hotel aymeret

Hotel Aymeret ou plutôt ce qu’il en reste rue des Quatre fils à Paris.

Qu’on en juge un peu : « Commis à la recette des impositions de l’élection de Nevers en 1660 et 1661, il devient ensuite Secrétaire du Roi, contrôleur des provisions des offices de France puis commis à l’exercice de la charge de receveur général des finances de Caen entre 1664 et 1666 avant de devenir en 1669 propriétaire d’un office semblable à Rouen qu’il va posséder jusqu’en 1704. Sa réussite est en très grande partie due à des appuis familiaux… Louis Berryer (son oncle) favorisa ses débuts. Par son mariage en 1664 avec Michelle Aymeret fille d’un receveur des tailles, il renforce ses lien avec les financiers féaux du contrôleur général des finances (Colbert). En effet la mère de sa femme, Michelle Cormier, s’est remariée avec Claude Coquille, le grand financier proche de Colbert autre grande figure des affaires. Cette alliance fait également de lui un neveu de l’intendant des finances Denis Marin. Par son second mariage en 1671 avec Marguerite Ladvocat, fille d’un maître d’hotel du Roi, il est cousin du receveur général des finances de Rouen, Jean Antoine Rancin…. Il est l’un des sous-traitants, pour la généralité de Rouen des taxes de la chambre de Justice de 1661 à 1669. On le trouve également intéressé en sous-part de la ferme des aides et domaines pour la généralité de Rouen ou dans la ferme générale des gabelles de France (1680-1687). Durant les guerres de la fin du règne de Louis XIV, il participe très activement aux affaires extraordinaires en entrant dans 19 traités (entre 1688 et 1704). Dans le domaine économique, Aubry soutient le programme maritime et colonial de son patron: il devient l’un des actionnaires de la compagnie du Nord et de celle des Indes orientales puis en sous-part à celle du Sénégal. On le retrouve également commanditaire d’armement pendant la guerre de la ligue d’Augsbourg. » (1)

René II s’enrichit.  Le 10 septembre 1668 Alexandre-René Aubry conseiller du roi en Cour et Parlement de Paris achète en prête-nom de son père René Aubry, sieur du Verger, la terre de Basseneville (Calvados)  à Jean Baptiste Louis Berryer  (son cousin) et Catherine Potier de Novion, femme de celui-ci, en présence Nicolas René Berryer seigneur de Ravenonville frère de Louis. La vente comprend » un chateau non achevé, la terre, bois, fiefs et arrière fiefs, herbages, prés, nomination et justice sur vassaux,cens droits seigneuriaux et autres... »

Le 6 avril 1707 cette acquisition est complétée par l’acquisition pour 63 000 livres de la terre de Saint Clair de Basseneville et celle de Saint Sanson. La chronique de l’oncle qui fait remonter l’acquisition de Basseneville a Jean 2 Aubry né en 1560 est donc fausse sur ce point là.

En 1669, René  II achète la charge de receveur des finances de la généralité de Rouen et, en 1671, la charge anoblissante de conseiller du Roi. Il est donc anobli avant son père René 1 Aubry.

En 1679 il  dote ses deux nièces Marie et Marguerite Aubert qui entrent au monastere d’Evron (Mayenne).

René II Aubry décède en 1713  laissant une fortune importante:

  • 1 444 473 livres dont des biens et immeubles à Paris ( il possédait un hotel rue des Deux Portes), en Normandie, dans le Dauphiné et dans l’orléanais.
  • 960 000 écus d’or  que ses  enfants se partagent immédiatement
  • 2 495303 livres en rentes sur la Ville, les tailles etc…

Descendance de René II Aubry

De ses deux mariages, René II eut cinq enfants.

On peut attribuer à son premier lit sûrement:

1- Louise Michelle Aubry. Le 1er mars 1683, elle épouse Charles de Rochechouart, marquis de Montpipeau dont

  • Charles II de Rochechouart mort à 57 ans sans descendance en 1741 dernier marquis de Rochechouart Montpipeau dont il était la 21 ème génération.
  • Jean Leonor de Rochechouart capitaine de vaisseau mort en mer en 1743 sans avoir été marié.

2- Alexandre Aubry nommé tuteur de son demi-frère Alexandre-René en 1699. Alexandre est dit chevalier, seigneur d’Armanville, ancien maître d’hotel du Roi. Il épouse Marie Geneviève de Bragelongne dont une fille qui semble unique:

  • Charlotte Renée Aubry d’Armanville épouse René Jourdan de Launay  (1673-1749) seigneur de la Bretonnière, gouverneur de la Bastille. d’où Bernard Jourdan De Launay et Charles Jourdan De Launay.

Et sans doute deux filles qui devinrent religieuses l’une à Alençon et l’autre à Conflans et qui figurent dans le testament de leur grand-père.

Je ne suis sûre que de la filiation d’Alexandre-René Aubry (1682-1740) : il est le fils du 2eme mariage de René II  avec Marguerite Ladvocal et légataire universel de son père, les enfants du 1er lit ne recevant que des legs particuliers (ils contesteront le testament jusqu’en 1734)

Lors de son baptème, son parrain est Louis Berryer, abbé de Lonlay ( cousin germain de son père), conte de Percy, archidiacre de ND de Paris.

Conseiller au parlement de Paris, René Alexandre abandonne son domicile parisien de la rue Saint Sauveur en 1718 et s’installe à Basseneville en laissant la gestion de ses affaires à l’abbé Bignon, Membre de l’Académie française et de l’Académie des sciences, bibliothécaire du roi et à l’abbé Lezeau . Il semblerait que René Alexandre ait fui Paris car des billets sous-entendant qu’il aurait joué un rôle dans la mort d’un laquais y circulaient; accusation invérifiable et qui n’a pas donné suite. On sait par sa correspondance avec Lezeau que René Alexandre fait fondre sa vaisselle d’argent pour la mettre au goût du jour en 1719, rénove le choeur de l’église de Basseneville la même année et qu’il détient des livres interdits en 1728.

De son mariage avec Marie Francoise David de Villeneuve, il n’eût qu’une fille

  • Marie Françoise Aubry + 1778

C’est l’une des  filles à marier les plus riches de son époque et les négociations vont bon train. Même Victoire de Noailles épouse de Louis Alexandre de Bourbon, fils de Louis XIV et de Madame de Montespan s’en mêle. L’affaire traîne en longueur et Marie Françoise épouse à Basseneville en 1735  André DASTIN, sieur du For de la paroisse de Guillerville lequel décède en 1739. Elle se remarie en 1757 avec Alexandre Clerc (ou Clère) de Mazerolles, officier dans les armées du Roi. Elle obtint la séparation en 1737  » pour cause de brutalités » et s’installe au grand pavillon du couvent du Val de Grâce où elle meurt.

Sans enfants, elle laisse, selon la coutume normande, le titre de marquis à son neveu mâle le plus proche : Michel Aubry de la Noë arrière-arrière petit-fils de René 1 Aubry via son autre fils Philippe.

 

(1) Daniel Dessert « Argent, pouvoir et société au Grand Siècle » Fayard.

(2) Bulletin de la société d’histoire de Normandie  1938

 

Publicités

5 commentaires sur « René Aubry II 1637-1715 »

    1. Oui, il semblerait qu’elle en ait eu un aussi avec Alexandre Clerc de Mazerolles mais que les deux soient décédés avant elle et sans descendance. Si vous avez une photo de la plaque tombale merci de me l’envoyer

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s